Cityzer

Cioran (1911-1995) a affirmé un jour que l’événement le plus important de la seconde moitié du XXe siècle, c’est « le rétrécissement progressif des trottoirs ».

On pourrait croire à une plaisanterie, mais à bien y regarder, ce rétrécissement influence notre quotidien sur le champ (si je puis dire) et de façon plus sensible que la chute de l’un ou l’autre mur ou le déplacement d’une frontière, etc. S’il n’est plus possible de se promener « comme avant », notre rapport au monde et au temps, comme à l’amour, la rêverie qui s’ensuit, s’en trouvent évidemment modifiés.

Street mention for Cityzer

Est-ce à cela qu’Anne Charlotte pensait  en créant Cityzer ? Plateforme de diffusion de vidéos orientée sur la culture européenne, Cityzer privilégie les vidéos tournées dans des lieux publics, ouverts à tous. A l’échelle du quartier : parce qu’ « un voyage […] commence par un simple pas » (proverbe chinois), pour se laisser inspirer et inspirer les autres, pour rêver à des choses inhabituelles.

Comparaison sur le vif des modes de vie urbains, chaque pas soutient l’édification d’une idée porteuse d’idéal, d’imagination et l’envie de nourrir un regard citoyen sur l’Europe.

En constituant un réseau de vidéastes issus d’horizons divers sur une plateforme web éminemment collaborative, Cityzer constitue une revue de presse culturelle européenne atypique et sincère, pour envisager notre environnement sous un angle différent, facilement accessible sur tous les supports digitaux.

J’ai apprécié (et j’aime de plus en plus) Cityzer en découvrant aisément une vidéo géolocalisée (mais également classée par thème), rapportant la vie d’un quartier d’Istambul. Au delà de la dimension émotionnelle, cette expérience constituait un voyage invitant à partager un idéal d’avenir et culturel commun, grâce à ces sources d’inspiration variées.

Découvrir Cityzer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *